Lettre de liaison :

Dictionnaire occitan

Résultats de la recherche (10000) :

COUMBO-LOUBATIERO(vallée aux loups), n. de 1. Combe-Loubatière (Dordogne).

Tresor dóu Felibrige
LOUBATIERO, LOUBATIEIRO(1.), (b. lat. lu— bataria, lobalaria), s. f. Tanière de loup; lieuhanté parles loups, v. cauno, tùni; Loubatière, Laubadère, De Laubadère, noms de lieux et de fam. méridionaux.

Lou valat de la Loubatiero, la ravine aux Loups, dans le mont Ventoux. R. loubat.

Tresor dóu Felibrige
LOUCAU, LOUCAL Ai,o(cat.(1.), esp. port. local, it. locale, lat. localis), adj. Local, ale.

Loucau pour lou quau (lequel) ; louchponr loups, plur. lang. de loup ; loucha (lutter), v. lucha; loucha (loger), v. louja; louchaire, v. luchaire; louche, cho, v. lusc, co ; louchis pour loutgis, lougis; loucho, v. lucho ; louchomen, v. loujamen ; léucièiro, v. lausiero.

Tresor dóu Felibrige
LOUADO, f.s.s. Espace qu’une paire de boeufs tient à l’écurie, v. plaço.

Dins l’estable i’a très louado, dans l’étable il y a place pour trois paires. R. loc, liô.

Louafre, louarfre, v. louefre ; louage, louaire, v. lougage, lougaire ; louanja, louanjo, v. lausenja, lausenjo ; louaple, v. lausable ; louât, v. lot z; louatiè, louatou, v. loubatié, loubatoun ; louaxe, v. lougage.

Tresor dóu Felibrige
LOUËJA, v.v. a.v. a. Louvoyer, en Guienne, bourdeja. R. louo, loubo.

Louejo, v. dougo; louen, loueng, v. luen ; louengueto, v. lengueto ; loueno (lagune), v. lono ; loueno (lente), v. lende ; louesa, v. lousa.

Tresor dóu Felibrige
LOUTEJA,v. a.v. a. Lotir, diviser par lots, v. eissaga.

Louteja ’n escabot, diviser un troupeau. R. lot.

Loutipaudo, v. loup-pauto; loutja, v. louja; loutou, loutoun, v. latoun ; loutoumio, v. anatoumio ; lôutriès pour l’autre-ièr ; loutro, v. lùri; Louts, v. Lous; léuva, v. lausa; louvachié pour lausa sié ; louvagnet, lôuvan, louvanet, louvanié, lôuvas, asso, v. lausagnet, lausan, lausanet, lausanié, lausas, asso ; lausaseDiéu pour lausa sié Diéu ; louvat, v. loubat.

Tresor dóu Felibrige
LOUBAT, LOUVAT(d.),(rom. cat.lobat, llobat), s. m. Louvat, jeune loup, v. loubatoun, loupin; Loubat, nom de fam. lang. R. loup.

Tresor dóu Felibrige
LOUET, LOÜEITs. s. m.(rom. Loeyt, Loyt), s. m. Le Louet, affluent de l’Adour; le Loueit, affluent du Louet, rivières de Béarn.

Louet, eto (lourd), v. lot, oto; louet (louvet), v. loubet.

Tresor dóu Felibrige
LO, LOO(esp. it.looc, loc, locco, sXX.lock, ang. log, bûche), s. m. t. de marine. Loch. PROV. Quand passes soulo lou Mouroun,

Maino ta vélo, mele lo dins lou senoun,

v. senoun.

Lo (le), v. lou ; lo pour elo (elle), en Limousin; lo pour la; lo pour l’o, l’on ; lo pour lot; lo pour las (côté) ; loange, v. lausenjo; loba, lobairo, lobais, lobando, v. lava, lavairo, labais, lavando; lobencho, v. laven-

cho ; lôbio, v. làupi ; lobodou, loboduro, v. lavadou, lavaduro ; lobogno, v. lavagno ; lobomen, v. lavamen ; loborado, loborel, v. labarido ; loboràssi, loborasso, v. lavàssi; lobosou, v. lavesoun ; lobossis, v. lavàssi ; lobour, v. labour.

Tresor dóu Felibrige
LOUGADIS, LOUGASE (m.),isso (rom. logadit,

loguadit, lojadit, lat. locatitius), adj. Qui est à louer, de louage.

Chivau lougadis, locatis ; chambro lougadisso, chambre à louer. R. louga.

Tresor dóu Felibrige
LOUS (rom.Los, Loos, Leos, Lons, Laos, Lod, Alod), n. de 1. Lons (Basses-Pyrénées), v. parrat.

Lous (leurs, leur), v. lour ; lous pour loups, plur. lang. de loup.

Tresor dóu Felibrige
LONG-TÈMS, LOUNG-TEMS LOUNGTIMS(1. g.), (auv.), (rom. lonc temps, lune temps, it. lungo-tempo, esp. lungo-tiempo), aav. Longtemps, v. loungamen.

Long-tèms après, longtemps après ; n’t’a pèr long-tèms,ûg en a pour longtemps ; dins pas long-tèms, dans peu de temps ; ae longtèms, de longtemps ; aespici long-tèms, i’a long-tèms, aiêu loung-tèms (d.), dès longtemps.

Longano, v. loungagno ; longard, v. lengard ; longarut, v. loungaru ; longas, v. loungas; longaste, v. langasto ; longèiro, v. lingiero ; longiè, v. langié.

Tresor dóu Felibrige
LOU, HOU (1.), ZOU (g.), VO, VA BA(m.), (L), (rom. lo, ho, o, cat. /10, lat. illud), pron. rel. Le, cela, v. ac, hou, vo, va, zou; lui, en Gascogne, v. iè, li.

Lou dirai, hou dirai (1.), vo ou va dirai (m.), je le dirai; te lou douno, te zoudouno (g.), ti va douno (m.), il le le donne; me lou paguè, m' hou paguè (1.), me vo ou va paguè (m.), il me le paya; se lou vos pas faire, s' hou vos pas faire (1), si tu ne veux pas le faire ; te lou fau pas crèire, V hou fau pas crèire (1.), il ne faut pas le croire ; aganto-lou, attrape-le ; porge-me-lou, tends-le-moi ; ve-lou, lou vaqui, le voilà ; vès-lou, voyez-le ; lou iè dirai, lou li dirai (1.), jéle lui dirai ; digas-lou-ic, digasvoli (m.), dias-lou-li (rouerg.), diteslelui; iè lou paguè, li lou paguè (m.), il le lui paya; me lou dounaras, lou me dounaras (L), tu me le donneras ; me lou refuses pas, lou me refuses pas (1.), ne me le refuses pas ; me l’a ai, il me l’a dit ; countaslou, hasès-lou, pour countas-li, fasès-li, contez-lui, faites-lui, à Auch ; laurôu, engreichôu, pour lauro-lou, engraisso-lou, en Gascogne ; avans. de lou tua, abans del tua( 1.), avant de le tuer.

Lou (leur), v. lour; lou (les), v. lous; lou (loup), v. loup; lou (long), v. long; lôu (labour, champ), v. lau ; lôu (là-bas), v. avau ; loua (louer, affermer), v. louga ; loua (louer, vanter), v. lausa ; louaco, v. loco 5.

Tresor dóu Felibrige
LOUJA, ALOUJA (niç.), LOUTJA, ALOUTJA(1. g-), LOUTYA (b.), (rom. loiar, lodyar, alodiaa, port, alojar, esp. allojar, it. alloggiare, lat. locare), v. a. et n. Loger, donner a loger; établir; habiter, demeurer, v. aèita, demoura, esta.

Loge ou lôgi (m.), oges, ojo, oujan, oujas , ojon ; loujave ; lougère ; loujarai ; loujarièu ; lojo, ougen, oujas ; que loge; lougèsse ; loujant.

PROV. Quau tard arribo, mau lojo.

SE LOUJA, v. r. Se loger, v. auberga. Lojo-te bèn, loge-toi bien.

LOUJA, LOUJAT (1. g.), ADO, part, etadj. Logé, hébergé, ée. R. lojo.

Tresor dóu Felibrige
LOUBATiEU, LOUBATIBO (rouerg.), IVO,IBO, adj. Où il y a des loups.

Pais loubatièu, pays fréquenté par les loups. R. loubat.

Tresor dóu Felibrige
LOUBIE(rom. Lovier, Lobier-Juson, b. lat. Luberium), n. de 1. Louvie-Juson (BassesPyrénées) ; Louvie-Soubiron (id.), v. loubatiè. R. loup.

Loubièiro, v. aubiero.

Tresor dóu Felibrige
LOUDEVÉS, ESO(b. lat. Lodovensis, Lü~ dovensis, Lutebensis, Lutovensis), adj. et s. Habitant de Lodève, v. manjo-tripo.

Lou Loudevés, le Lodévois, le pays de Lodève ; lou plan loudevés, la plaine de Lodève.

Tresor dóu Felibrige
LON (SANT-), n.de 1. Saint-Lon (Landes). Lonat, v. lanat; lonca, v. lança; loncil, v. laneil ; londas, v. lancfas ; londià, v. landié ; londis, londissièiro, v. landis , landissiero ; londo, v. lando.

Tresor dóu Felibrige
LONO, LOUONO LOUENO LOUNO(niç.), (m.), (1.), (rom. lona, lôsna, launa, lyon. lat5ne, v. fr. lône, losne, b. lat. launa, sanscr. lavana, it. lat. lacuna), s. f. Lagune, mare, flaque, bras de rivière, lieu où Peau est profonde et tranquille, v. gourg, louino, mueio, naudo ; zone de terrain, lambeau de terre, v. listo, lounze; Laune, Leaune, nom de fam. méridional.

Li lono dôu Rose, les flaques d’eau qui occupent les anciens lits du Rhône. Cette dénomination s’applique aux bras du Rhône dans toute l’étendue de son cours.

Vers l'aigo lindo de la lono,

A l’oumbro claro di canèu.

A. MATHIEU.

Lono (laine), v. lano ; Lons, v. Lous ; lonzo, v. lounzo ; loo, v. logo ; loou pour lôu, lau ; loougié, v. lôugié; looura, v. laura, laboura; loouroun,v. lauroun ; loousa,v. lausa ; loouseto, v. lauseto ; loousié, v. lausié; loouva, v. lauva, lausa ; loouvisso, v. lausisso ; lopa, v. lapa ; lopas, v. lapas ; lopet, v. lapet.

Tresor dóu Felibrige
LOUP, LOUB (1.), LOUT(g.), (rom. lop, lob, lup, cat. llop, esp. port, lobo, it. lupo, lat. lupus), s. m. Loup, v. courto-auriho, pèddescaus ; homme rapace, sordidement avare, extrêmement laborieux; sorte d’ulcère; jeu de la queue leu leu, v. co-dôu-loup ; loup de mer, perche de mer, perça labrax (Lin.), poisson, v. carrousso, dreligni, louoas ; t. de nourrice, pou, v. barban; outil de foulon, machine à carder qui a des dents, v. diable; lucarne d’un toit, v. gorjo-de-loup, loubet ; sobriquet des gens de Vénasque (Vaucluse).

Crida au loup, crier au loup ; au loup ! au diable lou loup, sorte de huée que l’on fait aux loups, v. souirasso, vèsso.

A-z-oup ! à-z-oup ! à-z-oup !

Foc, foc, foc à la cougo dal loup !

huée usitée contre le loup, en Narbonnais.

Embarra lou loup dins lou pargue, enfermer le loup dans la bergerie ; ana au pas dôu loup, à pas de loup, aller à pas de loup; à la gorjo dôu loup, à la gueule du loup, à l’abandon ; faire lou chin e lou loup, changer d’avis selon les circonstances ; entre chin e loup, entre chins e loups (1.), entre ca e loup (rouerg.), entre chien et loup, v. calabrun, errour ; la lanterno di loup, la lune; èstre couneigu coume lou loup blanc, être connu, décrié comme le loup blanc; faire de mau coume un loup gris, se dit d’un homme à bonnes fortunes, en Dauphiné ; a li costo en. long coume lou loup, se dit d’un homme dont les mouvements sont raides ; essiro coumo lou paire del loup (rouerg.), il fait une tourmente de neige diabolique ; tua lou loup, faire ripaille, en Béarn ; passa lou cap del loup (rouerg.), promener une tête de loup

pour quêter; planta no vigno à trau de loup, planter une vigne en ouvrant des fosses, au lieu de sillons ; a entendu ou a ausi peta lou loup, il a vu le loup, il connaît le monde, il a fait des siennes, il sait la patenôtre du loup ; a crida au loup, a japaau loup, il est enroué ; a vist lou loup, il a perdu la voix, il est enroué. « Platon avait déjà dit ce que répètent nos bonnes femmes, que, si le loup aperçoit l'homme le premier il le rend muet et comme imbécile, et que, si le contraire arrive, c’est l’animal qui perd sa force. » (Honnorat); aparo lou loup, la bello, aparo lou loup, paroles d’une ronde usitée en Rouergue ; lou loup de mabre manjo tôuti! paroles que disent les enfants au jeu de la queue leu leu ; c’est peut-être un souvenir de la louve romaine.

Loup, loup,

Manjaras pas de mas filhetos,

Loup, loup,

Manjaras pas de mous garçous, récitatif du jeu de la queue leu leu, en Languedoc.

PROV. Lou chin n’a jamai manja lou loup. — Jamai un loup noun manjo l’autre. — Quouro un loup manjo l’autre,

Prenguen gardo à naulre.

— Au loup, vau mai fugi que s’atourna.

— La fam faisourti lou loup déu bos,

— Tout loup mor dins sa pèu.

— Li loup fan pas d’agnèu.

Albertas porte « de geules au loup ravissant

d’or » ; Agoult porte « d’or au loup rampant d’azur » ; Altoviti porte « un loup d’argent ».

Tresor dóu Felibrige
LOURD, OURDO(rom. lort, lortz, piém. lord, esp. lerdo, b. lat. lurdus, gr. Xoplbì), adj. Lourd, ourde, pesant, ante, lent, ente, v. grèu, lot, piuge; qui a le vertige, vertigineux, euse, étourdi, ie, v. amàrri, cabourd, calu, falourd ; lourdaud, maladroit, oite, dans les Alpes et la Guienne, v. pâlot.

Situ lourd, la tête me tourne ; faire veni lourd, donner le vertige ; avé lis uei lourd, li parpello lourdo, avoir les yeux appesantis par le sommeil ; anouge lourd, jeune mouton atteint du tournis ; lôurdi fauto, lôurdeifauto (m.), lourdos fautes (1.), lourdes fautes.

De tant de refleicien aviéu la tèsto lourdo.

P. BBLLOT.

PROV. Lourd coume un loupin.

— Lou camin es bèu, mai la bèsti es lourdo.

Tresor dóu Felibrige
LUEN, LUN LUENCH, LUNCH(m.), (a.), LUENH, LUENC (a.), LIUEN, HIUEN, HUEN, LIUN, HIUN (rh.), LEUN, LÈNH, LUNG (d.), LIEN, HIÈN, LÈN, LÈNH, LÈIN, LION, HION, LIONT (1.) , LÈNG, LÈNC, LÈNT, LOUENG, LOUGN, LOUNH, LOUI, LONG, LONH (g.), LOUENII (b.), LOUEN (auv. lim.), LOUN , LOUNC (périg.), LUGN (bord.), (rom. luenh, luen, luenc, luein, luny, lunh, loenh, lonh, loing, Hong, lung, luny, long, len, cat. lluny, it. lungi, port. lat. longé), adv. Loin, v. Gafo-l’ase.

Esta luen, demeurer loin yèire luen, voir au loin ; siéu pas de luen, je ne suis pas de loin ; pou pas ana luen, il ne peut pas aller loin, il touene à sa fin ; aeà ’s luen, c’est loin ; à vint pas luen, à la distance de vingt pas; pas luen d’aqui, non loin de là ; d’eici à bèn luen, à dix lieues à la ronde ; de luen en luen, loin à loin, de loin à loin ; jouinesso vènde luen, la jeunesse revient de loin, réchappe

des maladies dangereuses ; dôu pu luen que, du plus loin que.

Ai de luen vist de gènt Que venien de-vers la Prouvènço.

J. MICHEL.

PROV. Pichol fais de luen peso.

— Vau mai ana rire luen que ploura proche, dicton familier aux émigrants du Limousin.

Tresor dóu Felibrige
LORSQUE (it. conj. v.allorche), Lorsque, quand, quouro, plus usités.

Lorsque vous sarés malaut.

N. SABOLY.

R. lors, lor, que.

Lort pour l’ort; los pour lous (les) ; los pour las (les), en Roucrgue ; loso (dalle, pierre plate), v. lauso ; loso (alose), v. alauso ; loso (bourbe), v. loudo ; losset, v. lasset.

Tresor dóu Felibrige
LUSn.(b. lat. locus de Lunis), n. de 1. LuslaCroixHaute (Drôme).

Lus (il luit), v. lusi; lus (poisson), v. lùci; lus (lundi), v. dilun ; lus (leur), v. lour; lus (les), v. li, lous;lus pour l’us; lusanterno pour luseto, luserno ; lusarna, lusarno, v. luserna, luserno ; lusat, v. luset.

Tresor dóu Felibrige
LOU, LU uo(auv. d.),Liou(Velay), (lim.), o (Menton), (rom. cat. esp. it. lo, port, o, corse lu, lat. ilium), art. m. Le, v. le, sou ; celui, v. aquèu.

Lou bon Dièu, le bon Dieu ; lou bèn, lou mau, le bien, le mal ; l’orne, l’homme ; lèvo lou cap, lèvo-l cap (L), il lève la tête; sèns que lou toque, sèns quel toque (1.), sans qu’il le touche; a lou tèms, a-l tems (L), il a le temps; lou vènt d’aut e lou de bas, le vent du nord et celui du sud; lou d’amount, le Très-Haut; lou de Nimes, celui de Nimes ; lou que me l’a di, celui qui me l’a dit; de lou, da lou (L), de celui. Ces formés de langage sont usitées en castillan.

Les Bas-Alpins et Rouergats mettent les articles lou, la, devant les noms d’homme et de femme : lou J an, lou Micoulau, la Catarino. Cet usage existe en Italie.

Le plur. de lou est li, Ici (m.), ou lous (g- !.)■

Tresor dóu Felibrige

Voir dans le term'Òc

Smartphones

dicod'Òc & verb'Òc pour smartphone

Android

Clavier prédictif en occitan

Orthographe

Correcteur orthographique en occitan