Lettre de liaison :

Dictionnaire occitan

Résultats de la recherche (10000) :

ZÈBRE,ZEBito (cat. port. esp. zébra, esp. cabra, it. zebro, la^. ccbre), s. m. Zèbre, espèce d’âne.

Parti coume un zèbre, partir comme l’éclair.

Tresor dóu Felibrige
ZENIT(cat. esp. zenit, it. zenito, lat. zénith), s. m. t. sc. Zénith.

Zèno pour Ëugèni.

Tresor dóu Felibrige
ZIÉU-ZIÊU, ZIGO-ZIÉU-ZIEU,s. s. m.s. m. Onomatopée du chant de la cigale, v. cha-cha, caca, sega.

Faire zièu-zièu, grésiller comme la cigale. Aquel poulil zigo-ziéu-ziéu De las saulicairos cigalos.

J. JASMIN.

Tresor dóu Felibrige
zou, zou zoux ZOUP zouset (L), (narb.),

(d.), (rom.so; it. sù, esp.zuzo, lat. sus, susum, sursum), interj. Sus, allons, courage, en avant, vlan, cri des foules pour s’exciter mutuellement, v. adrou, alou, an, anen, dau, su; soit, v. soio, va.

Anen, zôu ! allons, courage! zôu dessus, tombons dessus ; zôu? — zôu! allons-nous? — allons; je frappe? — frappe ; crida zôu, crier haro.

E zôu ! zôu ! zôu !

Patati ! patatôu !

Esclapen-li la tèsto.

N. SABOLY.

Anen, adrou, tafort, zôu dessus la gusaio !

J. DÉSANAT.

Zôu est le titre d’un journal provençal publié par L. Astruc (Marseille, 1886).

Tresor dóu Felibrige
ZISTOUN-ZÈST, ZISTOUX-ZÈSTO, ZISTONZÈSTE(d.),s.m. Zigzag, arabesque, ornement, façon, v. papàrri, zigue-zague.

De zistoun-zèst, de viravôut Courrènt pertoul coume de Km.

NERTO.

L’esquino de camèu A 1res draiôu en zisloun-zèsto.

F. GRAS.

Tresor dóu Felibrige
ZIZOUNA, ADO,adj.adj. Empêtré, embarrassé, ée, hésitant, ante (L. Bottcoiran).

Zo, v. zou ; zono, v. zouno.

Tresor dóu Felibrige
ZIBO-ZOUBO, CIPO-TOUT, GIPOUTOU (m ),

n. p. Pays imaginaire dont il est question dans certainscontespopulaires, v. Pamparigousto. Vau à Zibo-Zoubo.

A. MATHIEU.

Lou rèi de Zibo-Zoubo.

1D.

De riche sènso ounour, vengu sènso culoto Aquéu de Gipoutou, l'autre emé la marmoto.

F. CHAILAN.

R. zibo, zouba ou cipa, tout.

Zidore, anhèr. d’Isidor ; zierlo, v. gerlo.

Tresor dóu Felibrige
ZEI.E, ZÈL INSÈI.(b.), (1.), (rom. cat. zel, it. esp. port, zelo, lat. zelus), s. m. Zèle, ardeur, v. afecioun, aubencho, fogo.

Avès fa bouno prouvesien De crento, d’amour e de zèle.

c. BRUEYS.

Lou zèle qu’avès pèr lour salut e pèr la glôrio de Diéu.

CATECHISME ROOERG.

Tresor dóu Felibrige
ZEI.OUS,ouso (cat. zelôs, lat. zclosus), adj. Plein de zèle, v. -a-eiaplus usité etjalous.

De toulo liberta trop zelous aclapaire.

A. CROUSILLAT.

Tresor dóu Felibrige
Z,f. s.s. f. Z, vingt-cinquième lettre de l’alphabet qui se prononce comme s doux et que l’on appelle izèdo, v. ce mot.

Dans la transition du latin au provençal, le d entre deux voyelles se permuta généralement en z, adorare, asorar, adaquare, azaigar, adaptare, azatar, que nous prononçons et écrivons aujourd’hui asoura, aseiga, asata. La préposition ad devint az dans le même cas : ad Aquas, az Ais, à. Aix, ad Alpes, az Avp, à Aups, ad Aptam, az At, à Apt, que nous écrivons actuellement à-z-Ais, à-z-Aup, à-z-At, le z étant considéré aujourd’hui comme lettre euphonique entre à et les mots qui le suivent dans quelques phrases toutes faites. On dit de même à-z-auto voues, à haute voix, à-z-Èvo, à Ève, et même' à-z-ièu pour à iéu, en llouergue.

Le z est employé comme lettre euphonique dans beaucoup d’autres cas particuliers à divers dialectes. Ainsi les Dauphinois disent çai-z-es pour çai es, il est ici, pèr laizintra pour pèr lai infra, pour y entrer, embé-z-éu pour emb’ éu, avec lui, lou-z-ai fa pour l’ai fa, je l’ai fait. Les Languedociens disent lou que-z-a pour lou que a, celui qui a, que-z-es pour gu’es, qu’est-ce, hou-z-ai après, je l'ai appris, parlen-z-i pour parleniè, parlons-lui, vai-z-i pour vai-iè, vas-y. Les Gascons disent te-z-abioi dit, je te l’avais dit ; et en Auvergne, z se met fréquemment en prosthèse devant les personnes des verbes avè et èstre : ço qui-z-abiô, ce qu’il avait; z-èi, il est, z-èro, il était.

Z, sur les anciennes monnaies de France, indique qu’elles ont été frappées à Grenoble.

Tresor dóu Felibrige
TERESOUX,TESOUX, TERESOU et TRESOU(1.), TERESOUNO, ZOUXO, ZOUNET (rll.), TERESET, TERESEl'O, ZETO, ZE10U (1.), TERESIN, TERESIXO, TRES1XO (1.), ZEZIXO,

zixo, zix, n. de f. Jeune Thérèse. R. Tcrèso.

Teret, v. terret ; toreto, v. leleto.

Tresor dóu Felibrige
ZAMBOLGNA1RE, SA.VIPOUGXAIRE,S. m. Joueur de musette ou de vielle, v. carlamusaire, founfouniaire, sansougnaire. Zou ! que fresigue ma zambougno,

O zambougnaire, en toun ounour.

A. ARN A VIE LUE.

R. zambougno.

Tresor dóu Felibrige
ZIZANÌO, ZINZAX10 (1), DESAX10(1.), ZIZANIE(m.), ZINZAGNO (nie.), ISAGNO (g.), (cat. zisanya, esp. zizaua, it. zizzania,

port. lat. zizania), s. f. Zizanie, discorde, v. brouiadisso, isagno, malamagno. Souvenès-vous de iéu i fèsto de Nouvè E vivès sènso zizan'to.

AD. DUMAS.

Tresor dóu Felibrige
ZEUinterj.! interj. Zest! crac ! vlan ! mot employé pour exprimer le bruit que font certains corps durs, secs et solides, v. za, zou.

Zèu!

D'un cop de cisèu Vous ié coupé la gargameilo.

A. BIGOT.

Tresor dóu Felibrige
zixziNA, SIZINA n.(d.), v. Bruire comme la vielle, v. fouufounia ; bourdonner comme les moustiques, v. zounzouna.

Aquelo que tant bèn hesougno,

Que fai zinzina la fanfouguo.

VALETON.

Zinzinieropourcousiniero; zinzoulin,v. ginjoulin.

Tresor dóu Felibrige
ZAMBOUGNO, SAMBOUGXO, SAMPOUGXO,JAMBOUGXO(m.), JAMBOUXO (rom. simphonia, it. zampogna.esp. zampona, lat. symphonia ou sambucina), s. f. Cornemuse,

vielle, flûte champêtre, guimbarde, instrument de musique symphonique, v. calamello, champorgno, founfôni, sansogno.

Souvent, au son d’uno jambougno,

Anaves au boues de Boulougno Aprene sus lou verd ga/.oun El hello lou gai rigaudoun.

T. GROS.

Mai quand lou travai li es, laisse aqui la zambougno.

A CROUSILLAT.

Tresor dóu Felibrige
ZOUOULOUGI, ZOUOUI.OUGIC ICO(g. 1.), (du grec), adj. t. sc. Zoologique.

Lou Jardin Zououlougi de Marsiho, le Jardin Zoologique de Marseille.

Tresor dóu Felibrige
ZENOUN n.(it. Zenone, lat. Zeno, onis), p. Zénon, philosophe grec.

En memori de Zenoun E de Pilagoro.

G. B.-WYSE.

Tresor dóu Felibrige
ZERBIX n. p.(it. zerbino, coquet, muguet), Zerbin, nom de fam. provençal.

Lou troubaire Zerbin, Gaspard Zerbin , d’Aix (1590-1650), avocat au parlement de Provence, auteur de farces et comédies provençales. Au frontispice de ses oeuvres imprimées à Aix en 1655 on lit ce quatrain :

Zerbin es mouert, eicito es viéu.

Si Zerbin a plega parpello,

Zerbin davant qu’anar à Diéu A zerbinal aquesto perlo, v. perlo.

Tresor dóu Felibrige
ZIX-ZAX, ZIXGUE-ZAXGUE, ZIXGO-ZAXGO(1. g.), s. m. et f. Onomatopée du bruit que fait une chose qui va et vient, de la démarche d’un boiteux, d’un tiraillement, d’un frottement, de coups d’aiguillon, v. ringo-rango.

Faire de zin, de zan, tituber comme un ivrogne.

Zingo-zango ! Pascal se lanço, lou ramplaço.

J. JASMIN.

Tresor dóu Felibrige
ZEBEDIEU(cat. Zebedeu, lat. Zcbedeus), n. p. Zébédée, père des apôtres Jean et Jacques. PROV. Es dis enfant de Zebedieu, saup pas ço que demando.

Zèbi pour Eusèbi.

Tresor dóu Felibrige
ZÉRO, IZERO(port. it. zéro, cat. esp. ceroj, s. m. Zéro.

Es un zéro en chifro, es un zéro, es zéro, c’est un zéro, un zéro en chiffre.

Siéu zéro, mai degun m’a servi de boufet.

V. GELU.

On dit»proverbialement à Arles :

Acô ’s lou chifre de Chabert, zerò, zerô,

Tout d'il poupo, rèn d’à pro.

Tresor dóu Felibrige
ZÈST, ZESTO, interjection exprimant la légèretéou le sifflement d’une flèche, v. flist.

Zoust ! zèsl ! il n’y a rien de pris, il s’est échappé.

Zèsto ! en siblant va pica pereila.

J. DIOULOUFET.

La vido passo coume un zèsto.

AUBANEL, DE NIMES.

Tresor dóu Felibrige
SICO-SACO, GIFO-JAFO DIFO-JAFOet

(lim.), s. L Grande quantité, kyrielle, ribambelle, v. tarabastado.

Uno sico-saco d’estellos.

J. JASMIN.

R. zigo-zago ou secula-seculàrum.

Tresor dóu Felibrige
ZANARETn. n. p., n. p. Zanaret, nom de fam. languedocien.

Tresor dóu Felibrige

Voir dans le term'Òc

Smartphones

dicod'Òc & verb'Òc pour smartphone

Android

Clavier prédictif en occitan

Orthographe

Correcteur orthographique en occitan