Lettre de liaison :

Plumas : nouvelle revue littéraire occitane

Plumas

La revue Plumas a pour objectif de créer, en lien avec l’existant, un territoire nouveau entièrement dédié à l’étude de la littérature occitane moderne et contemporaine, des premières renaissances baroques jusqu’à nos jours.

Si cette littérature sera privilégiée dans le contenu, nous envisageons de la faire dialoguer avec d’autres expressions littéraires, à commencer par celles portées par d’autres langues en situation de minoration sociolinguistique mais aussi, plus largement, avec l’ensemble des langues du monde. Loin de tout régionalisme ou provincialisme, la littérature occitane appartient à toutes et à tous, sa portée est universelle. Elle bénéficie d’ailleurs d’un important réseau de revues scientifiques et culturelles qui depuis le XIXe siècle et dans le monde entier apportent des éclairages sur une création singulière intimement liée au destin de sa langue. Recensions et articles critiques, dossiers complets sur un ouvrage, un auteur, numéros spéciaux ou simples retours de lecteurs avisés, les initiatives se succèdent et contribuent toutes à une meilleure diffusion et connaissance de cet univers des lettres d’oc.

Il faut bien évidemment évoquer les principales revues historiques telles que la prestigieuse Revue des Langues Romanes ou la plus récente mais non moins célèbre revue Lengas, sans oublier La France Latine rebaptisée en 2014 Revue d’études d’Oc. Cependant ces publications ne se limitent pas à la littérature, elles ont aussi des visées linguistiques, sociolinguistiques et permettent d’établir des liens féconds entre tous ces domaines. Les revues culturelles telles que L’Astrado, Gai Saber, ÒC, Reclams, ou la presse culturelle, avec Lo Diari, Li Nouvello de Prouvènço, Prouvènço d’Aro ou Aquò d’Aquí par exemple, ouvrent aussi une partie de leurs contenus aux lettres d’oc.

Ensemble, en regard, et avec leurs propres spécificités, tous ces espaces constituent, pour reprendre une image de Philippe Gardy, « une écriture en archipel ». La revue Plumas voit donc le jour dans cet univers riche et ouvert, parfois fragmenté. Loin de se poser en concurrence, elle veillera, dans chacune de ses livraisons, à donner un aperçu à ses lecteurs des articles et informations liés à la littérature occitane et présents dans les publications que nous venons d’évoquer.

Un partenariat, des échanges pour un espace ouvert

Cette revue est issue d’un partenariat entre l’Université Paul-Valéry, Montpellier III, l’équipe de recherche ReSO et le CIRDOC – Institut occitan de cultura. Elle rassemble des chercheurs universitaires ou indépendants, en France et dans le monde entier, consacrant tout ou partie de leurs travaux à la littérature occitane, mais c’est également en lien avec les autres langues, notamment les langues de France, que nous concevons ces recherches.

Nous l'avons nommée Plumas en écho aux vers de Robert Lafont, l'une des figures majeures des Lettres d'oc tout autant que du domaine des études critiques et scientifiques, qui accompagnent cette littérature millénaire : « e cada aucèu es una pluma / que sus lei nívols fai escrich » [et chaque oiseau est une plume / qui sur les nues fait son écrit]. Cet extrait poétique a inspiré une plume actuelle majeure en Occitanie, celle de l’écrivain, chanteur et peintre niçois Jean-Luc Sauvaigo que nous remercions ici pour les illustrations graphiques de la revue.

Ce dialogue entre les hommes, de lettres en images, traduit parfaitement l’état d’esprit dans lequel nous sommes à l’heure où naît la revue… Plumas s’attachera à mettre en lumière les innombrables voix qui ne cessent, depuis l'époque dite moderne jusqu'à nos jours, d'ancrer la littérature occitane dans son temps.

Publication en ligne et principes de fonctionnement

Cette revue veut être un lieu d'expression pour les chercheurs, universitaires ou indépendants, un lieu qui accueillera des dossiers thématiques dont le sujet sera choisi par le comité de rédaction bien en amont de la date de publication prévue, avec un appel à contribution largement ouvert. Elle pourra aussi accueillir des actes de colloques ou journées d'études. Elle représentera également un outil de mise à jour bibliographique des publications récentes, certains articles anciens (non disponibles en version numérique) pourront aussi y trouver une nouvelle place. Ainsi, chaque numéro contiendra-t-il à la fois des contributions déjà parues et devenues inaccessibles et des contributions nouvelles. Les articles pourront être rédigés dans une des langues régionales de France ; dans ce cas, elles seront accompagnées d’une version en français. Bien évidemment, toutes les formes de la langue d'oc (quelles qu'en soient les graphies et les dialectes, sous réserve de cohérence interne) auront leur place dans la revue. Le comité de rédaction veillera à la qualité rédactionnelle de chaque contribution ; les articles seront évalués « à l'aveugle » (double évaluation).