Lettre de liaison :

Développement de la Convention entre l’IGN et Lo Congrès avec l’adressage d’Ardizas (32)

Adressage d’Ardizas IGN

La Commune d'Ardizas a réalisé un travail de restitution de la toponymie occitane dans le cadre de l'actualisation de l'adressage, à l'occasion de l'installation de la fibre. Ce sera également un premier développement de la convention IGN-Congrès.

En effet, nommer les rues, les chemins et lieux-dits est une compétence du Conseil municipal de chaque commune. Il s'agit d'une mesure de police générale que la maire ou le maire peut prescrire en application de l'article L2213-28 du CGCT aux termes duquel « dans toutes les communes où l'opération est nécessaire, le numérotage des maisons est exécuté pour la première fois à la charge de la commune. L'entretien du numérotage est à la charge du propriétaire qui doit se conformer aux instructions ministérielles ».

Il convient, pour faciliter le repérage, pour les services de secours (SAMU, pompiers, gendarmes qui ont du mal à localiser les adresses en cas de besoin), le travail des préposés de la poste et d’autres services publics ou commerciaux, la localisation GPS, d'identifier clairement les adresses des bâtiments et de procéder à leur numérotation.

Le Conseil municipal de la commune d'Ardizas a validé à l'unanimité le nom attribué aux rues, aux chemins et lieux-dits avec leur traduction en occitan et a donc autorisé la maire de la commune, Michèle LAFFITTE, à signer toutes les pièces nécessaires à l'exécution de la délibération.

Ce projet a été suivi par la conseillère municipale chargée de l'occitan sur la communauté de communes de Bastides de Lomagne, une des trois élues locales en charge de la culture occitane dans ce département. À noter que cette intercommunalité verra aussi la création d'une section bilingue publique prochainement.

La commune d'Ardizas sera alors la première à bénéficier du travail conjoint entre l'IGN et Lo Congrès permanent de la lenga occitana pour d'une part restituer les noms des voies dans sa langue maternelle, mais d’autre part pour avoir aussi toutes ces dénominations reconnues par les services publics et télématiques (du fait d’être intégrés à la base Géoportail de l'IGN (carte 1:25000)).

Nous espérons que ce premier exemple saura inspirer toutes les communes occitanes qui désireraient faire reconnaître leur toponymie officiellement.