Lettre de liaison :

Estiu brutlant, d'Eduard von Keyserling, chez Per Noste.

Estiu brutlant

Traduite de l’allemand par Elisa Harrer, une nouvelle à découvrir.

Le jeune Bill, qui vient d’échouer au baccalauréat, est condamné à passer l'été au manoir familial à réviser les cours avec la seule compagnie de son père, le comte von Fernow, un homme distant, hautain et sévère. Un été fort ennuyeux en perspective, mais qui, au contraire, se révèlera, pour le jeune homme, riche en expériences bouleversantes.

Ce court récit d'Eduard von Keyserling (1855-1918), l'un des représentants les plus importants de l'impressionnisme littéraire allemand, est en effet un « roman d'apprentissage » en raccourci : quelques semaines suffiront pour que Bill prenne conscience des émois du cœur, des tourments de la passion, des désirs du corps et pour ouvrir les yeux sur cette aristocratie dont il fait partie, corsetée dans son orgueil de classe et ses principes moraux.